Menu

Expositions

A la découverte des Petits Rhinolophes
A la découverte des Petits Rhinolophes

 

Les environs du Fort l’Ecluse abritent 22 espèces de chauves-souris, dont 7 utilisent régulièrement le Fort comme gîte de reproduction, de transit ou d’hibernation. Cette richesse exceptionnelle fait du Fort un site prioritaire pour la conservation des chauves-souris dans le bassin genevois. Depuis plus de 30 ans, le CCO-Genève étudie les espèces du Fort, en collaboration avec la Communauté de communes du Pays de Gex, et tout particulièrement la colonie de Petit Rhinolophe du Fort inférieur.

Cette exposition vous propose de découvrir ces animaux aussi mystérieux que mal aimés et de rentrer dans leur intimité grâce à un système de caméras infrarouges et de capteurs d’ultrasons installé dans leurs gîtes permettant leur observation en direct.

Exposition permanente

Toiles de maîtres
Toiles de maîtres
Du 15 juin 2019
au 22 septembre 2019

 

A l’occasion des fêtes de la nature, pourquoi ne pas faire la fête avec des bestioles mal aimées ?

Les Orbitèles sont des artistes, elles créent de véritables œuvres d’art !

Venez découvrir l’exposition « toiles de maîtres », et en apprendre un peu plus sur la vie de ces petites bêtes…

« À la recherche de l’objet perdu » de Claudia Masciave
« À la recherche de l’objet perdu » de Claudia Masciave
Du 15 juin 2019
au 22 septembre 2019

« À la recherche de l’objet perdu », avec un regard philosophique et empreint de psychologie, interroge sur la condition humaine. Dans cette série photo, Claudia Masciave travaille selon 2 axes :
-Les thématiques nommées objectives, à travers lesquelles l’artiste nous questionne sur les problématiques sociales de notre contexte contemporain, et se voit jouer son rôle de citoyenne de la planète.
-Les thématiques subjectives, où elle exprime ses sentiments et souvenirs les plus intimes, comparables à des petits poèmes, c’est une sorte de thérapie pour sublimer ses complexes.

Ses photos ont une touche picturale et minimaliste. Les couleurs vives mélangées aux pastelles révèlent le trait joyeux de sa personnalité et apaisent le côté angoissant des sujets abordés. En général, ses oeuvres nous interpellent et nous invitent à un retour à l’humain dans son essence.

Wild Light Jura de Nicolas Gascard
Wild Light Jura de Nicolas Gascard
Du 15 juin 2019
au 22 septembre 2019

Les racines du Jura remontent à plus de 25 millions d’années. Le Jura est une terre de contrastes où se côtoient subtilement et sauvagement plaines, vallons, reculées et forêts, lacs et cascades.

Nicolas Gascard a capturé durant plus de quinze années les plus belles lumières autour des montagnes du Jura avec comme seul arme son appareil photographique. Ce livre unique est une célébration au cœur de ce prodigieux massif où se côtoient entre ciel et terre de multiples spectacles naturels entre la Haute chaîne des crêtes, Pays de Gex et sud du Jura. Cette exposition retrace les plus beaux moments et lieux immortalisés avec textes explicatifs.

Nicolas Gascard est photographe professionnel spécialisé dans la prise de vue des paysages et phénomènes naturels. Ses reportages ont été publiés dans la plupart des grands médias dont notamment  Paris Match, L’Illustré, Animan, Terre Sauvage, Science et vie, Chasseur d’images. Son travail a été exposé à plusieurs reprises dans différents festivals internationaux. Il reçoit en 2017 le grand prix littéraire René Desmaison pour son ouvrage « Atmosphère » paru aux éditions Slatkine ainsi qu’un prix au concours international Nature Awards Photography.

Nicolas Gascard sera présent au fort le dimanche 22 septembre pour vous faire découvrir son travail et dédicacer son livre photographique.

Cartes postales sonores d’Alexis Paul
Cartes postales sonores d’Alexis Paul
Du 15 juin 2019
au 22 septembre 2019

« Les cartes postales sonores » est un atelier de captations qui se propose d’aborder la question de l’environnement du point de vue du son. A travers un travail d’archivage de bruits, objets ou paroles d’habitants, il parle d’une réalité en déplaçant le curseur de l’image sur celui du récit sonore individuel et permet d’échapper à l’effet de masse.

Les participants sont invités à regarder leur quartier de manière différente et à se concentrer sur les sons qui leur semblent pertinents. Le résultat final prendra la forme d’un documentaire sonore impliquant les participants au travers d’un travail d’archivage. Une manière d’indiquer qu’au-delà des corps, des chiffres, il y a des histoires, des mots, des sensibilités à révéler.