Menu

Expositions

A la découverte des Petits Rhinolophes
A la découverte des Petits Rhinolophes

Les environs du Fort l’Ecluse abritent vingt-deux espèces de chauves-souris, dont sept utilisent régulièrement le fort comme gîte de reproduction, de transit ou d’hibernation. Cette richesse exceptionnelle en fait un site prioritaire pour la conservation des chauves-souris dans le bassin genevois. Depuis plus de trente ans, le CCO-Genève étudie ces espèces, en collaboration avec Pays de Gex agglo, et tout particulièrement la colonie de petits rhinolophes du fort inférieur.

Cette exposition, autour du travail photographique et cinématographique de Tanguy Stoecklé, vous propose de découvrir ces animaux aussi mystérieux que mal aimés et de rentrer dans leur intimité grâce à un système de caméras infrarouges et de capteurs d’ultrasons installé dans leurs gîtes permettant leur observation en direct.

Exposition réalisée avec le soutien de :

s’enchevêtrer
s’enchevêtrer
Du 18 juin 2022
au 18 septembre 2022

Joseph Lombardi, Christelle Balbinot, Hervé Bacquet

Les oeuvres présentées au Fort ont été réalisées spécifiquement pour ce lieu en puisant dans ses dimensions historiques, esthétiques et poétiques. Le fort « vide dans ses apparences seulement » accueille nos regards et nos dessins : dessins sous forme de sculptures, de film, de figures épiques. La moindre trace suffit à notre esprit pour traverser des temps imaginaires, et d’une pièce à l’autre le rêve prend corps.

Joseph Lombardi, dessins, peintures
« Peintures et dessins se mêlent à l’histoire du fort, ils deviennent fable, mythe, conquête, pouvoir, guerre et paix, chacun devient l’autre juste l’instant de la création. Mes images se voudront être le dialogue avec les imaginaires de ce lieu, avec l’espoir qu’un esprit poétique pourra en écrire la suite.
Cette exposition se présente comme une jouissance annoncée d’avoir à créer et d’échanger encore et encore sans prétention, mais avec l’émotion de la poésie, un clin d’oeil de l’artiste. » JL

Christelle Balbinot, installation de trois sculptures suspendues.
« Mes sculptures révèlent un lien constant au dessin qui se renouvelle et évolue en tant que construction morphologique.
Le fil métallique que j’entrelace invente des fibres et donne naissance à des réseaux où semblent circuler des fluides organiques.
La lumière est également un outil majeur : elle me permet de tracer des ombres entre ma-tière minérale et figures oniriques qui dialoguent avec les parois des casemates. » CB

Hervé Bacquet, film d’animation, dessin, cabinet de curiosités.
« Ainsi que des courants océaniques, les lignes se rassemblent en nappes et en strates. La lumière est flottante au bout du crayon, incertaine, scintillante, comme tissée à même
la roche.
Les ombres du Fort l’écluse ne sont ni menaçantes ni accablantes, elles chuchotent une histoire géologique, elles nous transportent dans un monde qui balaye plus de trois cent millions d’années, une époque où les fonds marins n’étaient que des bancs de sable dans une mer chaude. » HB

S’exiler pour survivre
S’exiler pour survivre
Du 18 juin 2022
au 18 septembre 2022

S’exiler pour survivre: 1942-1944, passages clandestins des Juifs en Suisse.

Durant la Seconde Guerre mondiale, plus particulièrement durant les années de la «Solution finale de la question juive» par l’Allemagne nazie, de nombreux Juifs, étrangers comme français, hommes, femmes et enfants, ont fui en direction du pays de Gex pour tenter de passer en Suisse et sauver ainsi leur vie: 374 passages se sont faits par le pays de Gex proprement dit, et 320 dans les environs du «cordon ombilical» de la route de la Faucille, qui relie le pays de Gex occupé au Doubs, en se faufilant entre la ligne de démarcation et la Suisse.

S’ils sont moins nombreux qu’en Haute-Savoie, ces passages vers la Suisse ont néanmoins laissé des traces dans les archives, qui permettent de reconstruire avec précision des parcours, des actes de résistance, mais hélas aussi des refoulements de la part des autorités helvétiques. Approximativement un fugitif juif sur cinq a été refoulé. Tous, heureusement, n’ont pas été déportés.

Pour raconter cette histoire, 13 parcours individuels, répartis tout le long de la frontière, ont  été choisis et sont présentés dans l’exposition. Ils sont encadrés par une présentation historique générale et aussi particulière à l’occupation du pays de Gex, illustrée par de nombreuses photos d’époque et actuelles.

Exposition en partenariat avec le département de l’Ain et le Musée de la résistance et de la déportation