Menu

Expositions

A la découverte des Petits Rhinolophes
A la découverte des Petits Rhinolophes

Les environs du Fort l’Ecluse abritent vingt-deux espèces de chauves-souris, dont sept utilisent régulièrement le fort comme gîte de reproduction, de transit ou d’hibernation. Cette richesse exceptionnelle en fait un site prioritaire pour la conservation des chauves-souris dans le bassin genevois. Depuis plus de trente ans, le CCO-Genève étudie ces espèces, en collaboration avec Pays de Gex agglo, et tout particulièrement la colonie de petits rhinolophes du fort inférieur.

Cette exposition, autour du travail photographique et cinématographique de Tanguy Stoecklé, vous propose de découvrir ces animaux aussi mystérieux que mal aimés et de rentrer dans leur intimité grâce à un système de caméras infrarouges et de capteurs d’ultrasons installé dans leurs gîtes permettant leur observation en direct.

Toiles de maître
Toiles de maître
Du 20 juin 2020
au 20 septembre 2020

Les Orbitèles sont des artistes, elles créent de véritables œuvres d’art !

Venez découvrir l’exposition « toiles de maître », et en apprendre un peu plus sur la vie de ces petites bêtes…

JEAN-NOEL GRIVAT
JEAN-NOEL GRIVAT
Du 20 juin 2020
au 20 septembre 2020

Onze œuvres de Jean-Noël Grivat ont quitté leur univers d’Echallon pour veiller sur le célèbre défilé de Fort l’Écluse ; portique naturel qui donne accès des Alpes au Jura et à l’Hexagone. Grivat a donné à ses onze arbres une seconde vie. Une vie qu’ils doivent à l’imaginaire de leur créateur. Il leur a sculpté des traits et des formes de personnages impressionnants, chimériques, puissants et humanoïdes.

Jean-Noël Grivat puise son art de sculpteur d’arbres dans sa personnalité calme, réflexive et créative ; mais aussi dans ses lectures quotidiennes, son engouement pour l’art africain, ses souvenirs et les images amoncelées durant ses voyages sur le continent noir. Il en résulte une œuvre forte et unique que Jean-Noël définit quand on entre dans le monde chimérique rassemblé dans « la grange de Claire », à Echallon, Comme « l’œuvre de sa vie ».

Georges Baudraz.

NICOLAS GASCARD «WILD LIGHT JURA»
NICOLAS GASCARD «WILD LIGHT JURA»
Du 20 juin 2020
au 20 septembre 2020

Les racines du Jura remontent à plus de 25 millions d’années. Le Jura est une terre de contrastes où se côtoient subtilement et sauvagement plaines, vallons, reculées et forêts, lacs et cascades. Nicolas Gascard a capturé durant plus de quinze années les plus belles lumières autour des montagnes du Jura avec comme seule arme son appareil photographique. Ce livre unique est une célébration au cœur de ce prodigieux massif où se côtoient entre ciel et terre de multiples spectacles naturels entre la Haute chaine des crêtes, Pays de Gex et sud du Jura. Cette exposition retrace les plus beaux moments et lieux immortalisés avec textes explicatifs.

Nicolas Gascard est photographe professionnel spécialisé dans la prise de vue des paysages et phénomènes naturels. Ses reportages ont été publiés dans la plupart des grands médias dont notamment  Paris Match, L’Illustré, Animan, Terre Sauvage, Science et vie, Chasseur d’images. Son travail a été exposé à plusieurs reprises dans différents festivals internationaux. Il reçoit en 2017 le grand prix littéraire René Desmaison pour son ouvrage « Atmosphère » paru aux éditions Slatkine ainsi qu’un prix au concours international Nature Awards Photography.

TING – « ÉNERGIE VITALE, RÉSISTANCE, SURVIE »
TING – « ÉNERGIE VITALE, RÉSISTANCE, SURVIE »
Du 20 juin 2020
au 20 septembre 2020

Depuis toujours, Ting (*Taiwan, 1980) est fasciné par la grandeur, la force et le calme des arbres, dont les branches sont à la fois flexibles et extrêmement agiles. Il photographie les arbres des environs Genevois avec son regard particulier qu’il pose sur les racines complexes. Les séries de photographies des arbres et les détails des racines sont caractérisés par deux choses : leur dynamique et leur esthétique pittoresque.

Bien que l’appareil immortalise habituellement le sujet au moment du déclenchement et glace le mouvement, les images des arbres de Ting surprennent par leur remous et exercent un véritable effet tourbillon sur le spectateur. On perçoit l’air vibrer entre les branches fines. La tension entre le statique et le dynamique se ressent le plus dans les racines. Encore qu’elles soient ancrées dans le sol soutenant les arbres droits, elles semblent serpenter dans l’instable sol forestier scintillant.

Ting amplifie l’esthétique pittoresque qui est créée par les parties floues en imprimant les photographies sur du papier d’édition d’art. Cet effet est pour lui également une référence à ses origines asiatiques et son intérêt pour les motifs et techniques d’Asie orientale.

Auteur : Anna Bessler | Traduction : Isabelle Kress