A compter du 21 juillet, la présentation du pass sanitaire sera obligatoire pour accéder au Fort l'Ecluse.

Menu

Expositions

A la découverte des Petits Rhinolophes
A la découverte des Petits Rhinolophes

Les environs du Fort l’Ecluse abritent vingt-deux espèces de chauves-souris, dont sept utilisent régulièrement le fort comme gîte de reproduction, de transit ou d’hibernation. Cette richesse exceptionnelle en fait un site prioritaire pour la conservation des chauves-souris dans le bassin genevois. Depuis plus de trente ans, le CCO-Genève étudie ces espèces, en collaboration avec Pays de Gex agglo, et tout particulièrement la colonie de petits rhinolophes du fort inférieur.

Cette exposition, autour du travail photographique et cinématographique de Tanguy Stoecklé, vous propose de découvrir ces animaux aussi mystérieux que mal aimés et de rentrer dans leur intimité grâce à un système de caméras infrarouges et de capteurs d’ultrasons installé dans leurs gîtes permettant leur observation en direct.

Toiles de maître
Toiles de maître
Du 19 juin 2021
au 19 septembre 2021

Les Orbitèles sont des artistes, elles créent de véritables œuvres d’art !

Venez découvrir l’exposition « toiles de maître », et en apprendre un peu plus sur la vie de ces petites bêtes…

JEAN-NOEL GRIVAT
JEAN-NOEL GRIVAT
Du 19 juin 2021
au 19 septembre 2021

Onze œuvres de Jean-Noël Grivat ont quitté leur univers d’Echallon pour veiller sur le célèbre défilé de Fort l’Écluse ; portique naturel qui donne accès des Alpes au Jura et à l’Hexagone. Grivat a donné à ses onze arbres une seconde vie. Une vie qu’ils doivent à l’imaginaire de leur créateur. Il leur a sculpté des traits et des formes de personnages impressionnants, chimériques, puissants et humanoïdes.

Jean-Noël Grivat puise son art de sculpteur d’arbres dans sa personnalité calme, réflexive et créative ; mais aussi dans ses lectures quotidiennes, son engouement pour l’art africain, ses souvenirs et les images amoncelées durant ses voyages sur le continent noir. Il en résulte une œuvre forte et unique que Jean-Noël définit quand on entre dans le monde chimérique rassemblé dans « la grange de Claire », à Echallon, Comme « l’œuvre de sa vie ».

Georges Baudraz.

Léonard Racle l’ingénieux, 1736-1791
Léonard Racle l’ingénieux, 1736-1791
Du 19 juin 2021
au 19 septembre 2021

Léonard Racle l’ingénieux, 1736-1791

Léonard Racle, fils d’artisan dijonnais, a côtoyé l’élite de la société intellectuelle du 18e siècle. Il a participé à de grands projets à visée politique dans le pays de Gex et les dernières années de sa vie ont été marquées par son implication dans la Révolution et la multiplication de ses expériences et innovations techniques dans différents domaines. II a marqué une grande partie du territoire aindinois de ces réalisations : la maison Guichellet et le canal de Pont-de-Vaux, la route du Crédo de Bellegarde au Fort l’Ecluse, l’extension du château de Voltaire et de nombreux travaux à Ferney.

Cette exposition, fruit de 4 années de recherches, redonne vie à ce personnage protéiforme, ingénieur, architecte, inventeur, génie créatif, esprit prolifique épris de lettres et de politique, grand ami de Voltaire… en nous permettant de redécouvrir son œuvre.

Exposition coproduite par le musée Chintreuil, Le Château de Voltaire et le Département de l’Ain

Illustration crédit : David Giraudon

Cinq visages levés vers le ciel
Cinq visages levés vers le ciel
Du 19 juin 2021
au 19 septembre 2021

Cinq âmes de 3 à 4 mètres chacune, fortes et bienveillantes, font le guet dans la tour du Fort l’Ecluse et ses salles adjacentes. Depuis là, les visages sur la toile invitent les visiteurs à gravir les 830 marches. Libérées de tout enfermement, elles regardent un ciel qui porte l’inconnu, le sublime, qui n’a pas de jugement ni d’autre règle que celle que l’on se dessine. Leur grandeur fait alors écho à la mémoire des pierres. Dans les plis de la toile, en référence aux drapés des vieilles peintures, aux tentures sur les autels des églises et aux lourds textiles des châteaux, se glissent alors mille secrets du temps et de la vie du fort.

Ce qui est beau, c’est qu’à la tombée de la nuit, nos gais fantômes parlent aussi aux petits rhinolophes.

Sylvie Wozniak. Genève, avril 2021.

Sylvie Wozniak vit et travaille à Genève, dans les usines Kugler. Le corps occupe une place centrale dans son œuvre, mais le visage, regroupant tous les organes de la communication, et seule partie du corps toujours visible, lui apparait comme un repère omniprésent. Depuis plusieurs années, le portrait et toutes ses natures font l’objet d’une longue étude et cette lente exploration alimente son amour pour l’être et ses mouvances, un amour qui ne cesse de croître.